Accueil  Rechercher  Membres  S'enregistrer  Connexion    

Partagez|
<<

Nous battons des oeufs, et cui-cui ils sont durs | Caïn |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

avatar


Age du personnage : 23
Son truc préféré : Chanter sous la douche
Habitudes du personnage : Parler, même si c'est plus qu'une habitude, elle parle plus qu'elle ne respire

Feuille de personnage
Don: Métamorphose
Classe: Seconde année
Détails: Perroquet
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 11 Sep - 18:19


    Luna avait failli tomber trois fois dans les escaliers en se rendant au dortoir, renverser quelqu'un, et faire tomber son livre une bonne dizaine de fois. Dieu seul savait comment elle avait fait pour y arriver sans tuer quelqu'un, mais elle faisait ça tellement de fois par jour que c'était devenu habituel. Les cheveux dans les yeux, la vision voilée par un rideau de cheveux orange, elle donna un coup de pied dans une porte sans même regarder laquelle c'était et s'engouffra dans la pièce sans même prendre le temps de refermer derrière elle ou de vérifier que tout le monde était visible à l'intérieur. De toute façon, il n'y aurait personne à l'intérieur. Elle rejeta sa tête en arrière de façon à y voir quelque chose et se débarrassa de ses bottines sans même prendre le temps d'enlever ses lacets avant de jeter ses livres sur son lit avec un soupir. Elle ôta son pull qu'elle jeta quelque part au loin, près de ses deux chaussures qui se trouvaient en fait en plein milieu de la pièce. Encore un soupir. Elle jeta un coup d'œil à la montre qu'elle avait entortillée autour du pied de son lit. C'était l'heure du cours de Maths. Oups, elle n'y était pas. Un petit sourire se traça sur ses lèvres. Luna la rebelle. La vérité c'était qu'elle s'ennuyait tellement dans ce cours qu'elle avait décidé de ne pas y aller. Et puis, un cours séché en deux ans, ce n'était pas si grave que ça, si ? Elle passa une main dans ses cheveux emmêlés et jeta un coup d'œil dans le miroir. Elle n'avait pas froid, pourtant ses jambes étaient nues sous sa petite jupe à volants. Elle avait néanmoins fait l'effort de mettre des chaussettes qu'elle avait tirées jusque sous ses genoux, comme si ça allait bloquer le froid. Elle se souvenait trop de la réaction de sa mère indignée qui hurlait qu'elle avoir froid pour oublier de se couvrir un peu les jambes. Son t-shirt, rentré dans sa jupe, semblait trop grand. Elle poussa un nouveau soupir. Elle avait toujours été trop petite et trop maigre, à tel point que certaines de ses jupes avaient été achetées au rayon enfant. C'était indignant. Elle laissa ses cheveux dégouliner sur ses épaules pâles et fit volte-face pour ouvrir – un peu trop violement -  le tiroir de sa table de chevet duquel elle sortit une paire d'écouteur et une barre chocolatée. Autrement dit, la parfaite panoplie pour passer l'heure dédiée au cours de maths seule et agréablement.

    Fort heureusement il n'y avait personne qui traînait dans les dortoirs de filles à cette heure-ci. Il n'était pas faux qu'elle aurait bien voulu parler à quelqu'un, discuter, comme elle le faisait tout le temps, en fait. Mais il était préférable que personne ne la croise à l'heure où elle était sensée se trouver en cours, simplement parce qu'elle n'avait pas l'habitude de faire ça et qu'elle ne voulait pas se faire attraper. Elle enfonça ses écouteurs dans ses oreilles, ouvrit sa barre de chocolat pour croquer dedans et se dirigea vers la porte en chantant en même temps que la musique, sans même prendre le temps de remettre son pull ou ses chaussures. C'était bien ça. Luna : la discrétion en personne. Capable de chanter à tue-tête n'importe quoi alors qu'elle n'était pas sensée être là. Un sourire était peint sur ses lèvres pâles, comme toujours. Cette fille était la joie de vivre incarnée. Toujours heureuse, colorée, rieuse. Et ce jour-là ne faisait pas exception, elle était d'une humeur radieuse. Comme tous les jours, elle aurait été capable de trouver n'importe qui merveilleux. Elle ne prit même pas la peine de dégager son visage lorsque ses boucles rousses vinrent à nouveau lui voiler la vue. A quoi bon ? Elle sortit de la pièce et referma la porte derrière elle plus par habitude que parce qu'elle y avait pensé.

    Elle sentit plus qu'elle n'entendit les pas qui arrivaient derrière elle. Après quelques secondes d'attention, elle se rendit d'ailleurs qu'ils n'arrivaient non plus par-derrière, mais par devant. Elle distingua une grande silhouette, un peu plus loin dans le couloir - mais la rouquine était si petite que tout le monde lui paraissait immensément grand. Elle ralentit le pas, se forçant à faire de moins grandes enjambées pour éviter de lui rentrer dedans, même si de toute évidence, avec ses cheveux dans les yeux, sa musique dans les oreilles et sa tête ailleurs, elle allait lui rentrer dedans de toute façon. Elle rentrait toujours dans les gens. Et les gens avaient la manie de se mettre à lui crier dessus. Comme si elle faisait exprès... 

_________________
Look at the stars, look how they shine for you.

« Ses cheveux étaient longs et ses bras blancs, et libre était-elle, et très belle ; et la feuille de tilleul dans le vent allait aussi légère qu’elle. » ©️ sleeping ∆ monday. Texte Tolkien - Extrait de Nimrodel
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Age du personnage : 23
Son truc préféré : Les dragibus.
Habitudes du personnage : Il aime bien tuer des gens dans sa cave.

Feuille de personnage
Don: Maîtrise de la température
Classe: 1ère année
Détails:
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 23 Sep - 20:27

« You really got me
I can't sleep at night.»


    Il serra les dents et encaissa le nouveau coup.
    Depuis un quart d'heure, il était coincé dans les toilettes avec trois mecs de deuxième ou troisième année, il ne les connaissait pas et n'en avait rien à faire de toute façon. Il s'était fait coincé par ces types lors d'un simple aller-retour pour un pipi. Caïn aimait bien emmerder les gens, mais pensait rarement aux conséquences. Maintenant il était prévenu.
    Il aurait pu utiliser son pouvoir pour qu'ils lui foutent la paix, mais une part de lui le poussait à rester là, assis contre le mur et à encaisser les coups. Comme s'il avait quelque chose à se prouver. Comme s'il avait quelque chose à prouver à qui que ce soit. C'était sa petite part de masochisme.
    L'un des trois types l'attrapa par les cheveux et lui fracassa la tête sur le mur. Faudrait vraiment dire au directeur que les carreaux ça fait mal. Sa vision se troubla et tout se mit à tourner. Il posa une main sur le lavabo à côté et tenta de se releva, mais un coup de pied dans les côtes le remit à genoux. Il encaissa de nouveaux coups sans broncher avant de finalement cracher un peu de sang qu'il avait dans la bouche, s'avouant implicitement vaincu auprès des gars. L'un d'eux – celui qui semblait être le chef – s'accroupit à côté de lui. « La prochaine fois tu fermeras ta gueule, petit con. » Il lui cracha dessus avant de s'éloigner avec ses potes en ricanant.

    Après une demi-douzaine de tentatives, le blond parvint enfin à se remettre debout. Il sortit des toilettes en se tenant les côtes, essayant de paraître le plus normal possible, malgré son tee-shirt froissé et les blessures. Il s'engagea dans le couloirs, sans même réfléchir à où il allait. Il devait être en cours normalement, en SVT en plus. La barbe. Tant pis, il sécherait et irait faire un tour. Il sortit son iPod de sa poche, enfonça les écouteurs dans ses oreilles et traversa le couloir à grandes enjambées. Sauf qu'il ne vit pas la fille qui arrivait en face, et qu'elle non plus visiblement. Enfin non pas visiblement, puisqu'il ne l'avait pas vue. Enfin bref.
    Elle le percuta de plein fouet, lui rappelant subtilement qu'il venait de se faire latter des les chiottes. « 'Tain mais c'est quoi ton problème ?! » hurla-t-il en la repoussant brusquement vers le mur.


    [Et c'est une daube astronomique mesdames et messieurs !]

_________________
'Cause everyone seems to need the cure,
Oh, precious cure.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Nous battons des oeufs, et cui-cui ils sont durs | Caïn |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Siméon Alvaro - Nous sommes faits de l'étoffe dont sont tissés les vents [A.Damasio]
» Orpheka, "nous nous battons ensemble".
» Les temps, comme les oeufs, sont durs.
» Décidément, les temps comme les oeufs sont durs [libre]
» ce que nous faisons : les sauts en image

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Näyak Therapy  ::  :: • Aile gauche :: Dortoirs filles-