Accueil  Rechercher  Membres  S'enregistrer  Connexion    

Partagez|
<<<<<<<<<<<<<<<

Une rencontre inattendue [with Elléa I. Collins]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

avatar


Son truc préféré : Draguer voyons
Habitudes du personnage : Lire et jouer de la guitare

Feuille de personnage
Don: métamorphose
Classe: professeur de français
Détails: Guépard royal
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 26 Nov - 21:19


Une rencontre inattendue

Niels & Elléa

Je fichais dehors les derniers élèves qui étaient dans la classe. J'avais besoin d'une pause. Ils ne tenaient pas en place en dernière heure et ils avaient tous le don de m'épuiser. Je m'offrais un café à la cafétéria. J'avais quelques heures de libre devant moi, j’en profitais donc pour prendre une douche brulante. C’était le seul moment où je pouvait me détendre un minimum. Habituellement, j’aurais fais un saut en ville mais je décidais d'aller chercher un futur bouquin chiant à faire lire à mes élèves. Je m'étais promis d'en choisir un plus passionnant que le dernier. La bibliothèque du pensionnat était plutôt bien fournie à mon plus grand bonheur. Mes trois dernières heures de cours avaient été désastreuses. Les premières années étaient surement les pires... Aller dans un endroit calme ne me ferait pas de mal. J'entrais dans la bibliothèque et humais l'air. J'aimais la bonne vieille odeur des livres. Je n'avais jamais été très "internet" et tout ça. Ce que je préférais dans la langue française, c'était la littérature. Je passais mes journées à lire étant plus jeune. La porte passée, je m’engouffrais dans les rayons remplis de livres anciens. J'allais dans le dernier rayon où m'attendait un bouquin que j'aimais particulièrement : Antigone de Sophocle. Je m'appuyais contre le mur et glissais le long pour me retrouver à terre. Je pouvais passer des heures ici à lire. Le livre était beaucoup trop compliqué pour mes élèves... Je lisais quelques pages pour le plaisir et le replaçait à sa place. Je passais le long des étagères sans pouvoir trouver mon bonheur. Puis par un heureux hasard, je tombais sur Boule de Suif de Maupassant. Les troisièmes années n'auraient qu'à s’accrocher malgré le fait qu’ils étaient plutôt doués. Je m’ennuyais, je n’étais pas très concentré sur les cours que je donnais. Et il n’y avait qu’une raison à ça. Jeanne n’était pas en sécurité et je flippais comme un malade. Il ne se passait pas une minute sans que je pense à elle et les nombreux dangers qui l’entourent. J’avais été toujours tellement protecteur envers elle et ça avait toujours été plus fort que moi. Je me retournais, croyant voir venir quelqu’un et renversais quelques bouquins. Mon côté maladroit ressortait tout le temps et ça avait le don de m’énerver. Je soupirais et ramassais les trois bouquins au sol pour les remettre à leur place. Mais de l’autre côté de l’étagère, dans la section histoire, où les livres auraient du se trouver, une jeune fille blonde se tenait là juste derrière. Je la reconnaissais grâce à ses magnifiques yeux bleu. C’était sans aucun doutes Elléa. Je pouvais reconnaitre son regard entre milles. Elle était en deuxième année mais avait pris l’option français l’année précédente. Seulement, elle n’avait pas apprécié mes cours où la langue. Ou peut être les deux. En tout cas, elle n’était plus dans ma classe cette année. Elle était une élève brillante et avait de très bonnes notes. Certains professeurs avaient une dent contre elle mais malgré les fois où elle pouvait être casse pied, je la trouvais drôle… Et franche. Je lui adressais un de mes grands sourires, ça me faisait plaisir de la revoir.

"Hey !"


© Kinotto de LG.


_________________

- L'homme n'est en réalité qu'un animal sauvage -



Dernière édition par Niels Bloom le Lun 3 Mar - 13:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Son truc préféré : Fumer, le nutella, la musique... Beaucoup de choses en fait.
Habitudes du personnage : Toucher ses cheveux et montrer ses crocs

Feuille de personnage
Don: Métamorphose
Classe: 2e année
Détails: Métamorphose en panthère noire
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 27 Nov - 22:16



Niels et Elléa.




    Et meeeeeeeeerde ! Qui avait perdu son livre d'histoire de façon totalement mystérieuse ? Elléa bien sûr ! Elle n'avait strictement aucune idée de l'endroit où elle avait laissé ledit bouquin. Bien joué, comme toujours elle s'arrangeait pour laisser traîner ses affaires sur la table d'une salle de classe et ne pas les récupérer à la fin. Combien de fois avait-elle perdu ses outils de travail ?  Mhh bien trop de fois pour vraiment le savoir. Elle n'y prêtait aucune attention, seulement là, elle ne voulait pas se faire virer une énième fois du cours d'histoire du lendemain parce qu'elle n'avait pas son matériel. Étrangement, l'histoire du monde l'intéressait... Enfin ça dépendait des chapitres, mais elle s'arrangeait pour ne pas être là lorsque le professeur abordait une période qui la désintéressait. Après tout, elle n'allait pas se forcer alors qu'elle n'aimait pas ça ! Enfin bon, pour le moment, elle était dans sa chambre, et réfléchissait à son cours du lendemain, première heure, dans lequel elle allait devoir arriver avec un livre d'histoire. Elle s'étira, assise sur son lit et décida finalement d'aller tenter sa chance à la bibliothèque, histoire d'emprunter un livre et de ne jamais le rendre. Booon d'accord c'était pas terrible mais qui franchement avait besoin d'un livre d'histoire ? Personne ! À part ceux qui perdaient les-leurs... Mais bon tant pis ! Elléa songea qu'elle n'avait pas forcément à sortir étant donné que la biblio se trouvait dans le même bâtiment que le dortoir des demoiselles. Enfin quand même avant... pause clope ! Bon parfois elle s'auto-désespérait, mais bon, elle allait quand même céder à son envie, elle le savait. Sortant donc du bâtiment, elle se maudit de ne pas avoir au moins pris une écharpe, elle se retrouvait en pull de mi-saison alors qu'il ne faisait pas super chaud... tant pis ! Et en plus elle fumait en dehors des zones autorisées, elle les collectionnait quand même un peu mais bon, elle s'en fichait. Sortant son paquet de Marlboro, elle se demanda un moment pourquoi elle s'efforçait à prendre les plus chères, avec un sourire elle alluma sa cigarette. Elléa passa quelques minutes en dehors avant de tirer une dernière fois, puis elle jeta son mégot et rentra dans le bâtiment en expirant, relâchant tout la fumée à l'intérieur, sans se soucier de l'odeur qu'il allait flotter dans encore un moment. Finalement, elle grimpa l'escalier rapidement, mission : kidnapper un livre d'histoire !

    Elle entra dans la fameuse bibliothèque dans laquelle elle ne s'attardait pas tellement souvent. Pendant son enfance, avant la mort de ses parents, elle avait été une bonne, voire très bonne lectrice. Mais après tout le bordel de sa vie, elle avait cessé de lire. Depuis longtemps, elle n'avait pas ouvert un bouquin par plaisir... peut-être que ça reviendrai. En tout cas, l'année de français qu'elle s'était forcée à faire l'an dernier ne l'avait pas convaincue. Ça n'était pas son univers, elle avait un côté plus scientifique et l'art des lettres ne l'intéressait pas. Elle avait donc passée une année à faire le bordel ou à sécher la plupart du temps. C'était pourquoi elle n'avait pas renouvelée sa demande d'option, et à son avis, elle n'était pas une grande perte. Enfin bon, sans trop s'attarder, elle s'élança dans le rayon concernant l'histoire... Alors maintenant, la bonne partie de plaisir : essayer de trouver ce qu'elle cherchait. Ses yeux parcoururent rapidement les étagères et songea qu'elle n'allait sans doute pas trouver ce qu'elle cherchait. Elléa faillit exprimer sa déception en se demandant à haute voix dans quelle bibliothèque en carton elle était tombée. En parlant de tomber... elle entendit le bruit des livres qui s'écrasèrent au sol et en regardant de l'autre côté, elle découvrit le fameux professeur de français. Le taaaaaaant désiré par la gente féminine... j'ai nommé : M. Bloom ! D'accord, elle devait avouer qu'elle avait rarement eut des profs de français aussi mignons, mais elle pariait que la moitié de ses classes, voire plus, étaient remplies de demoiselles plus intéressées par l'homme qui faisait cours que par le français : pathétique. Il lui adressa un grand sourire comme s'il était vraiment... heureux de la revoir ? Eh ben, c'était marrant ça. Amusée, elle lui répondit par un sourire en coin.

    "Hey !"

    Hey ? Pourquoi pas ! Il était prof de français mais pas obligé de parler en de longues phrases après tout. Alors quoi ? Elle lui répondait : « yo maaan ça fait plaisir de t'revoir ! » ? Non certainement pas... même si ça pouvait être marrant.

     « Hey ! » répondit-elle finalement sur le même ton que lui.

    Il allait vraiment falloir qu'elle arrête d'imiter ses profs, certains le prenaient mal. Enfin, pour une fois ça n'était pas tellement dans le but de se moquer de lui. Ou peut-être un petit peu... mais rien qu'un peu alors ! Décidant de le rejoindre, elle vint donc vers le rayon où il se trouvait. C'était un peu cliché de trouver un prof de français dans un rayon de livres tous destinés à de bons lecteurs, non ? Elle songea à la soirée qu'elle avait passé avec M. Noghrey... elle allait faire un effort et engager la conversation pour une fois.

     « Alors, vous vous réfugiez là pour échapper aux demoiselles qui vous poursuivent ou vous êtes vraiment le cliché du bon prof de français ? » lui demanda-t-elle, un sourire moqueur aux lèvres.

_________________
Elléa Isbell Collins.
APPETITE FOR DESTRUCTION.


Revenir en haut Aller en bas

avatar


Son truc préféré : Draguer voyons
Habitudes du personnage : Lire et jouer de la guitare

Feuille de personnage
Don: métamorphose
Classe: professeur de français
Détails: Guépard royal
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 2 Déc - 16:32


Une rencontre inattendue

Niels & Elléa


"Hey !"

Après tout, elle n'était plus mon élève. Je pouvais l'aborder comme j'en avais envie. Tant pis si j'avais l'air d'un psychopathe à moitié pervers (ou complètement d'ailleurs). Peu importe, j'aimais revoir mes anciens élèves pour qu'il me raconte où ils en sont. C'était sympa de les voir réussir dans leurs projets.

"Hey !"

Elle répondit exactement la même chose sur le même ton ce qui me fit sourire. Elle faisait souvent ça l'année d'avant, imiter les profs. Ça pouvait gêner au début mais ça ne me dérangeais plus depuis bien longtemps. Des professeurs plus strictes auraient probablement mal prit ses manières et lui auraient fait une remarque mais ça ne servait à rien de vouloir changer quelqu'un. Elle devait être surprise. J'essayais d'être le plus professionnel et sérieux possible lors de mes cours et j'y arrivais plutôt bien et je ne l'avais jamais abordée en dehors des cours. Elle ne pensait peut être pas que j'étais aussi détendu avec mes anciens élèves. Ils avaient d'ailleurs la fâcheuse habitude de croire que les professeurs n'avaient pas de vie et n'existaient que pour pourrir celle des élèves. Certains, peut être mais la plupart menaient leurs existences comme tout le monde. Je me rappelais de la fois où j'étais allée en ville pour me prendre une bière à un bar. Une élève à moi entra à ce moment là et fut tellement surprise qu'elle manqua de tomber dans les pommes. La pauvre petite, j'avais bien faillit la perdre ce jour là. Elléa contourna le rayon pour me retrouver de l'autre côté. J'allais lui demander ce qu'elle faisait ici mais elle me devança.

"Alors, vous vous réfugiez là pour échapper aux demoiselles qui vous poursuivent ou vous êtes vraiment le cliché du bon prof de français ?"

Sa question m'arracha un sourire. J'étais tellement désiré par les femmes ? Certes, certaines demoiselles étaient plutôt démonstratives, collantes et un peu trop serviables mais de là à me harceler, non. Je n'avais jamais été le cliché du bon prof de français tout simplement parce que j'étais très jeune pour enseigner. En réalité, je ne me considérais pas du tout comme le bon prof dont elle parlait.

"Et bien, j'espère que c'est parce que je suis le cliché du bon prof de français... Je suis venu chercher un bouquin aussi barbant que les précédents. Les troisièmes années vont en baver."

Je lui montrais Boule de Suif. Personnellement, je l'aimais bien même si les jeunes n'étaient pas trop emballés. Il fallait bien que je leur fasse lire un peu de la littérature française, de la vraie et pas que des livres fantastiques qui parlent de vampires ou d'enchanteurs. Je repris, toujours avec le sourire.

"Et toi, que fais-tu là ? Tu bouquines ?"

Je ne voyais pas trop Elléa aller à la bibliothèque pour lire ou pour bosser à l'aide de documents. A vrai dire, très peu d'élèves le faisaient ici. Moi même, je trouvais l'endroit trop calme et... Chiant. Penser ça était probablement honteux venant d'un prof de français mais tant pis. Je n'étais pas n'importe quel prof de français... Enfin, j’espérais.


© Kinotto de LG.


_________________

- L'homme n'est en réalité qu'un animal sauvage -

Revenir en haut Aller en bas

avatar


Son truc préféré : Fumer, le nutella, la musique... Beaucoup de choses en fait.
Habitudes du personnage : Toucher ses cheveux et montrer ses crocs

Feuille de personnage
Don: Métamorphose
Classe: 2e année
Détails: Métamorphose en panthère noire
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 5 Déc - 21:10



Niels et Elléa.




    Mr. Bloom semblait ne pas vouloir faire le moindre effort pour paraître professionnel. Cela la surpris au début mais bien vite, elle se désintéressa de son attitude du professeur. Il était sur son lieu de travail, certes, mais pas dans une salle et en dehors, il avait bien une vie de toute façon, il aurait été stupide de penser le contraire. Apparemment, sa question avait un fond comique puisque l'enseignant eut un sourire. Cet endroit l'oppressait, le silence était la règle d'or et elle était rarement quelqu'un de discret. Elle se fichait éperdument de tous les règlements et punition. On pouvait l'engueuler, la punir, la coller... rien ne marchait tout simplement parce qu'elle s'en fichait. Parfois, se faire disputer l'amusait presque et l'habitude avait forgé son indifférence : qu'on l'engueule, qu'on se défoule sur elle : peut importe, plus aucun sermon n'avait d'effet sur elle et certains profs avaient finis par le remarquer, tant et si bien qu'ils ne disaient plus rien. Cette pensée lui tira un mince sourire alors que Mister Bloom répondait.

    "Et bien, j'espère que c'est parce que je suis le cliché du bon prof de français... Je suis venu chercher un bouquin aussi barbant que les précédents. Les troisièmes années vont en baver."

    Son regard tomba sur le livre... Maupassant, la plaie. Le seul bouquin qu'elle avait bien aimé de cet auteur était Le Horla qu'elle avait lu à treize ans avec les cours. Mais malgré tout, elle ne manquait pas de culture alors elle avait entendu parlé de Boule de Suif et elle plaignait déjà ses élèves. Elle voulu répondre mais il ne lui laissa pas l'occasion de répliquer.

    "Et toi, que fais-tu là ? Tu bouquines ?"

    Elle eut un sourire en coin... Bouquiner ? Certainement pas !

     «  Je plains vos troisièmes années, Maupassant n'est pas un cadeau ! » répondit-elle finalement avant d'ajouter.  « Et non, il aurait été trop beau que je cherche de quoi lire... Non en fait je suis à la poursuite d'un manuel d'histoire mais apparemment cette bibliothèque ne pense pas aux malheureux élèves sérieux qui ont oubliés leurs livres quelque part ! »

    Elle soupira comme si elle était réellement désespérée. En fait, elle savait déjà d'avance qu'elle n'aurait pas de bouquin et qu'elle allait arriver en touriste. Si Elléa avait de la chance, elle aurait un voisin et ne serait pas placé par le prof mais seulement si ce dernier avait une perte de mémoire et qu'il ne se rappelait plus qu'elle était vraiment insupportable parfois. Elle en était pleinement consciente mais ça ne lui faisait rien. Certaines personnes lui demandait si elle comptait arrêter d'être comme ça avec les profs... Mais pourquoi se serait-elle arrêtée ? Elle n'en n'avait aucune envie ! Et puis, il lui fallait bien un échappatoire, pour ne pas pensé à ce qu'elle avait fait par le passé, et à ce qu'elle allait faire une fois au front. Peut-être allait-elle mourir sous les balles ennemies, ça ne la dérangeait pas plus que ça, elle avait frôlé la mort, côtoyé la misère et les déchets humains. Non, Elléa n'avait pas peur de mourir, mais... pourquoi tuer ? Si elle ne tenait pas à la vie, peut-être que les adversaires tenaient à la leur, et pourtant, une fois là-bas, son job serait de la leur enlevée. Perdue dans ses pensées, la demoiselle demeura silencieuse, regardant Niels dans les yeux sans vraiment le voir.

_________________
Elléa Isbell Collins.
APPETITE FOR DESTRUCTION.


Revenir en haut Aller en bas

avatar


Son truc préféré : Draguer voyons
Habitudes du personnage : Lire et jouer de la guitare

Feuille de personnage
Don: métamorphose
Classe: professeur de français
Détails: Guépard royal
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 19 Jan - 14:42


Une rencontre inattendue

 
Elléa & Niels


"Je plains vos troisièmes années, Maupassant n'est pas un cadeau !"

Elle n'aimait pas lire ce genre de livres et ce n'était pas étonnant. Mais c'était mon boulot de leur faire découvrir d'autres œuvres et de changer leur regard sur la littérature française. Avec un peu de chance, quelques bons élèves se prendraient au jeu.

"Et non, il aurait été trop beau que je cherche de quoi lire... Non en fait je suis à la poursuite d'un manuel d'histoire mais apparemment cette bibliothèque ne pense pas aux malheureux élèves sérieux qui ont oubliés leurs livres quelque part !"

Si seulement Elléa avait demandé à la bibliothécaire qui était largement bien payée pour indiquer tout le temps la même chose aux élèves. Elle soupira comme si c'était la fin du monde et semblait se perdre dans ses pensées, tout en me fixant dans les yeux sans réellement me regarder. J'avais cent fois bassiné mes élèves de consignes si ils venaient à perdre leurs bouquins. Il fallait se renseigner à la bibliothèque et avec un peu de chance, il pourraient en récupérer. Enfin... Seulement si la bibliothécaire s'était levée du bon pied. Je souriais légèrement. Je n'étais pas ici pour lui faire la morale. Je lui avais assez fais l'année précédente. Je fouillais dans la poche de mon jeans et secouais des clefs devant Elléa.

"Tous les manuels sont dans la réserve. Je peux y accéder mais la prochaine fois, je te conseille de demander à la bibliothécaire. Ce sera plus simple."

Je me retournais, pris la direction de la réserve d'un pas lent et ajoutais.

"Je ne suis plus ton professeur. Tu peux me tutoyer si ça ne te gène pas trop."

Je savais que ça pouvait gêner beaucoup d'anciens élèves mais je préférais. Après tout, je n'avais que quelques années de différence avec Elléa et je ne la considérais plus comme une élève mais comme une connaissance.


 
Fond par Obsession © Codage par Bird pour LW uniquement ©
 

 

_________________

- L'homme n'est en réalité qu'un animal sauvage -

Revenir en haut Aller en bas

avatar


Son truc préféré : Fumer, le nutella, la musique... Beaucoup de choses en fait.
Habitudes du personnage : Toucher ses cheveux et montrer ses crocs

Feuille de personnage
Don: Métamorphose
Classe: 2e année
Détails: Métamorphose en panthère noire
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 21 Jan - 21:28



Niels et Elléa.


    Eh non, Elléa n'avait pas pensé à demander à la bibliothécaire pour plusieurs raisons. La première était sans doute parce que cette bonne femme ne lui inspirait aucun sentiment de respect et qu'ainsi, elle préférait donc se débrouiller seule. La deuxième et au final peut-être la plus évidente, était parce que la jeune demoiselle blonde ne comptait pas rendre ce livre avant la fin de l'année ce qui normalement selon un certain règlement, n'était pas franchement autorisé. C'était bien pour ça qu'agir dans la discrétion la plus totale lui semblait important. Bien entendu, c'était toujours dans ces cas-là qu'elle croisait des profs. Enfin, ça aurait pu être pire, là il s'agissait de l'enseignant de français, Mr Bloom qu'elle n'avait de toutes les manières plus en cours. C'était pas faute d'avoir essayer... mais la littérature française, sans compter le fait qu'elle trouvait ça compliqué et parfaitement pénible, lui rappelait ses parents. En réalité, elle était originaire de Seattle mais sa mère étant française d'origine, elle parlait couramment français, enfin du moins lorsqu'elle était enfant, elle avait perdu depuis... Bref, elle préférait ne pas penser à sa famille qui de toutes les manières n'en n'était plus vraiment une. Elléa remarqua le léger sourire de l'homme en face d'elle... était-elle si risible que ça ? Elle n'y prêta pas plus d'attention et attendit sa réponse.

    "Tous les manuels sont dans la réserve. Je peux y accéder mais la prochaine fois, je te conseille de demander à la bibliothécaire. Ce sera plus simple." Ben tiens dont, on l'attendait pas du tout cette remarque ! "Je ne suis plus ton professeur. Tu peux me tutoyer si ça ne te gène pas trop." Elléa eut un sourire et le rejoignit alors qu'il partait en direction de la réserve. Le tutoyer ? Pourquoi pas après tout, il n'avait pas tort.

     « Mais oui bien sûr, la bibliothécaire... c'est donc à ça qu'elle sert ! » lâcha-t-elle en le rejoignant, en feignant de se taper le front de la main comme si elle venait d'avoir une révélation. En réalité, son ton était totalement ironique. Finalement elle reprit, un sourire dans la voix.  « Alors là, si tu penses que ça va me gêner, Niels... » acheva-t-elle avec un clin d’œil.

    Ils arrivèrent finalement dans la réserve et elle trouva rapidement un manuel d'histoire.

     « Tu comptes me dénoncer si je ne signale pas l'emprunt et que je le rend uniquement à la fin de l'année? » demanda-t-elle comme si ça lui importait vraiment.

    En réalité, qu'il la ''dénonce'' à la documentaliste ne l'inquiétait que très peu : elle n'était vraiment plus à ça près. Son regard se perdit dans celui de mister Bloom en attendant sa réponse.

_________________
Elléa Isbell Collins.
APPETITE FOR DESTRUCTION.


Revenir en haut Aller en bas

avatar


Son truc préféré : Draguer voyons
Habitudes du personnage : Lire et jouer de la guitare

Feuille de personnage
Don: métamorphose
Classe: professeur de français
Détails: Guépard royal
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 2 Fév - 11:24


Une rencontre inattendue

 
Elléa & Niels


"Tous les manuels sont dans la réserve. Je peux y accéder mais la prochaine fois, je te conseille de demander à la bibliothécaire. Ce sera plus simple. Je ne suis plus ton professeur. Tu peux me tutoyer si ça ne te gène pas trop."

Je n'avais pas peur de sa réaction. Elle était franche. Je la sentais indépendante. C'était une de ces jeunes filles qui ne réfléchissaient pas comme les autres, qui n'allaient pas dans le sens de tout le monde. Elle avait une vraie personnalité. En fait, elle me rappelait un peu ma petite sœur, Jeanne. Mais Elléa était plus sauvage. C'est elle qui dictait ses propres règles. Elle semblait beaucoup plus forte que Jeanne. C'était aussi pour ça que je voulais la faire venir au pensionnat. J'avais peur pour elle. Le pensionnat n'était plus une garantie absolue de sécurité mais au moins elle serait avec moi. Elléa me sortit de mes pensées.

"Mais oui bien sûr, la bibliothécaire... c'est donc à ça qu'elle sert !"

Je souriais gentiment et elle fit semblant d'avoir une révélation. Je devais me douter qu'elle allait être ironique. Elle n'avait pas tord mais pour le peu d'élèves qui voulaient étudier ici, il fallait qu'il y ait une bibliothécaire. Enfin, elle ne servait quand même pas à grand chose. Je ne fis aucun commentaire vu mon statut de professeur. C'est vrai qu'entre moi et la bibliothécaire, c'était pas l'amour fou mais je n'allais pas casser du sucre sur son dos avec une de mes anciennes élèves. Un peu de décence tout de même.

"Alors là, si tu penses que ça va me gêner, Niels..."

Elle m'adressa un petit clin d’œil malicieux pendant que je glissais la clef dans la serrure, observant les alentours. Ça aurait été assez étrange comme situation si la bibliothécaire nous avait vu. Je tenais la porte le temps qu'elle rentre et la refermais derrière moi. Je trouvais l'interrupteur de la lumière et appuyais doucement dessus. L'ampoule grésilla mais finit par nous éclairer faiblement. Tout tombait en ruine dans ce pensionnat. Je respirais l'air poussiéreux avec difficulté. La petite pièce était aérée à peine une fois toutes les deux semaines. En tout cas, pas beaucoup plus pour que ce soit dans cet état. Elléa ne s'attarda pas et trouva rapidement le manuel qu'elle cherchait.

"Tu comptes me dénoncer si je ne signale pas l'emprunt et que je le rend uniquement à la fin de l'année?"

"Si tu crois que je vais te dénoncer pour un bouquin, c'est que tu ne me connais pas. Je ne t'ai jamais fliquer et c'est pas maintenant que je vais commencer..."

Je lui adressais un petit sourire. Ça sentait le fauve dans la réserve et je ne parlais pas de l'expression. Au moins, je ne me focalisais plus sur cette odeur de vieux livres. D'après mes souvenirs et mon odorat, Elléa était une panthère noire. Deux félins dans une petite pièce comme celle-ci, ça se remarquait. Alors que je plongeais dans ses yeux ainsi que dans mes pensées, l'ampoule nous lâcha dans un crissement strident. Elle explosa au dessus de nos têtes et nous fûmes plonger dans l'obscurité. Je sentis des éclats de verre dans mes cheveux et grogna.

"Merde ! Bouge pas, je vais ouvrir la porte pour qu'on puisse voir quelque chose. Tu n'as rien ?"

Ma vue de félin s'adaptait déjà à l'obscurité totale mais je me dépêchais. Je marchais sur des bouts de verre qui émirent un son désagréable puis trouvais enfin la poignée de porte.


 
Fond par Obsession © Codage par Bird pour LW uniquement ©
 

 

_________________

- L'homme n'est en réalité qu'un animal sauvage -

Revenir en haut Aller en bas

avatar


Son truc préféré : Fumer, le nutella, la musique... Beaucoup de choses en fait.
Habitudes du personnage : Toucher ses cheveux et montrer ses crocs

Feuille de personnage
Don: Métamorphose
Classe: 2e année
Détails: Métamorphose en panthère noire
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 5 Fév - 21:33





    Niels et Elléa.
    CRÉDIT CSS



    L'air n'était vraiment pas agréable et le lieux était plutôt... oppressant. Une horreur pour un claustrophobe. Enfin apparemment Niels ne l'était pas et elle était à milles lieux de cette phobie : encore heureux, sa vie était déjà bien assez difficile comme ça. Cependant, elle n'était pas une adepte des lieux clos, des bâtiments trop étroits et préférait des endroits moins... couverts : son côté animal sauvage, sans doute. Elle ne pouvait pas s'en empêcher, cette panthère noire qu'elle devenait parfois faisait partie d'elle. Et chaque transformation lui donnait envie de le devenir pour toujours. C'était plus simple et la vie était moins morne, les odeurs plus enivrantes, les paysages plus beaux... Mais à chaque fois, elle redevenait humaine, sans trop savoir ce qui la retenait encore dans cette enveloppe charnelle qu'elle détestait. Elle revint au moment présent en lui demandant s'il comptait la dénoncer sans trop en avoir quoi que ce soit à faire.

    "Si tu crois que je vais te dénoncer pour un bouquin, c'est que tu ne me connais pas. Je ne t'ai jamais fliquer et c'est pas maintenant que je vais commencer..."

    Elle lui adressa également un sourire avant de répondre.

     « Dans ce cas, c'est parfait. Heureuse de savoir que tu ne m'as jamais fliqué, le contraire m'aurais étonnée et agacée ! »

    Clin d’œil complice. Après tout, on ne surveillait pas quelqu'un comme elle, ou alors on n'avait pas fini ! Bon... ils n'allaient pas s'éterniser dans cette petite pièce, même si être avec Niels n'était en soit, pas la chose la plus désagréable qui puisse lui arriver. Au moment où elle s'apprêtait à mettre fin à leur discussion, l'ampoule explosa, projetant des morceaux de verres un peu partout. Elléa sentit comme une coupure au bras gauche... C'était bien sa chance, se couper avec un morceau de verre ! Mais déjà, sa vue à elle aussi s'accoutumait à l'obscurité.

    "Merde ! Bouge pas, je vais ouvrir la porte pour qu'on puisse voir quelque chose. Tu n'as rien ?"

    Elle le vit s'éloigner en direction de la porte qu'il ouvrit, laissant passer de la lumière. Son regard bleu se posa sur son bras gauche nu... ça lui apprendra à ne pas mettre de pull. Un morceau de verre l'avait effectivement coupée et du sang s'écoulait lentement. Elle posa sa main dessus, ignorant les traces de piqûres qui semblaient ne jamais vouloir partir.

     « Je me suis juste ouverte le bras, mais rien de grave ! » lui assura-t-elle en sentant le sang couler légèrement.

    Ça ne lui faisait pas plus mal que ça, mais c'était embêtant et puis le sang, ça tâchait ! Elle se dirigea vers la sortie de la pièce et se retourna, dans l'encadrement de la porte pour adresser quelques mots à Niels.

     « C'est pas que ça m'embête d'être avec toi dans cette petite pièce fortement sympathique mais... ça te dérange si on s'éloigne pour aller dans un endroit plus accueillant ? » lui demanda-t-elle, un sourire au coin des lèvres.

    Elle regarda son bras et constata que ça n'était pas très profond : ça n'allait pas saigner sans arrêt pendant des heures et tant mieux ! Son regard se posa à nouveau sur le jeune professeur. Professeur... elle ne le considérait pas vraiment comme tel et quelque part, elle était assez contente que ce soit réciproque. En attendant sa réponse, et même si elle ne doutait pas qu'il soit pour le fait de quitter ces lieux, elle se demanda où ils pourraient aller. Oui, ils. Tant qu'ils y étaient, pourquoi pas passer un peu plus de temps ensemble.

_________________
Elléa Isbell Collins.
APPETITE FOR DESTRUCTION.


Revenir en haut Aller en bas

avatar


Son truc préféré : Draguer voyons
Habitudes du personnage : Lire et jouer de la guitare

Feuille de personnage
Don: métamorphose
Classe: professeur de français
Détails: Guépard royal
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 3 Mar - 13:30


Une rencontre inattendue

Elléa & Niels


- Si tu crois que je vais te dénoncer pour un bouquin, c'est que tu ne me connais pas. Je ne t'ai jamais fliquée et c'est pas maintenant que je vais commencer...

- Dans ce cas, c'est parfait. Heureuse de savoir que tu ne m'as jamais fliqué, le contraire m'aurais étonnée et agacée, dit-elle avec un sourire.

Bah tiens ! Ça ne servait strictement à rien de la punir ou de lui faire la morale. Certains professeurs avaient essayé mais rien ne pouvait changer son caractère. Et ce n'était pas une mauvaise chose en soit. Elle se fichait bien des règles. Elle était tout simplement imprévisible, un peu comme le félin qui était en elle. Je voyais l'année précédente défiler sous mes yeux quand l'ampoule explosa.

- Merde ! Bouge pas, je vais ouvrir la porte pour qu'on puisse voir quelque chose. Tu n'as rien ?

Je sentais des bouts de verres crisser en contact de ma chaussure contre le parquet. Pas vraiment sympathique comme ambiance. Ils ne vérifiaient donc jamais les lampes dans ce pensionnat. Et si Elléa était blessée ? La bibliothécaire allait m'entendre, tiens ! Ma vue était déjà adapté à l'obscurité mais j'ouvrais la porte pour laisser entrer l'air frais et pour qu'on parte rapidement de ce lieu un peu glauque. Je me tournai rapidement vers elle et posai mon regard sur son bras gauche. Elle était légèrement blessée. Rien d'alarmant mais valait mieux que ça s'infecte pas.

- Je me suis juste ouverte le bras, mais rien de grave !

Elle sortis de la petite réserve et s'arrêta devant la porte que je tenais pour la laisser passer.

- C'est pas que ça m'embête d'être avec toi dans cette petite pièce fortement sympathique mais... ça te dérange si on s'éloigne pour aller dans un endroit plus accueillant, dit-elle un petit sourire aux lèvres.

- Avec plaisir, c'est qu'on est un peu à l'étroit dans cette réserve, dis-je dans un clin d’œil malicieux. Mais je ne vais pas te laisser pisser le sang comme ça, faut désinfecter. Je ne te laisse pas le choix.

Je refermais la réserve à clef et repartais suivi de la jeune femme vers la sortie de la bibliothèque. Je repassais devant le bureau de la bibliothécaire et m'arrêtais un petit instant.

- Excusez moi mais la réserve est dans un état lamentable. Faudrait penser à nettoyer de temps en temps... Oh et j'allais oublier, faut remplacer l’ampoule.

Je me décollais du bureau avec un grand sourire et passais la porte. Avant de nous éloigner définitivement, je criais un "Bonne soirée" destiné à la vielle dame qui tenant la bibliothèque. Elle allait encore plus me maudire que d'habitude. Surtout que je n'étais pas autorisé à aller dans la réserve sans avoir prévenu la vieille femme. Et surtout pas avec une ancienne élève. Bah, elle s'en remettra. Je me tournais vers Elléa, un léger sourire sur les lèvres.

- Je l'aime pas trop. Dès que je commande des bouquins, elle fait des histoires. Bon... L'infirmerie, c'est pas top. Ça te gène si on va chez moi pour ta petite blessure ? J'ai tout ce qu'il faut.

Je réfléchissais quelques instants à la propreté de mon petit appartement. Mais je n'avais pas ce genre de problèmes. Je faisais gaffe à mes affaires et dès qu'il y avait du bordel, je rangeais. À part mon bureau où s'empilaient des tonnes de copies d'élèves. Mais sinon, il était nickel. Au moins, elle n'allait pas me trouver trop bordélique.




Fond par Obsession © Codage par Bird



_________________

- L'homme n'est en réalité qu'un animal sauvage -

Revenir en haut Aller en bas

avatar


Son truc préféré : Fumer, le nutella, la musique... Beaucoup de choses en fait.
Habitudes du personnage : Toucher ses cheveux et montrer ses crocs

Feuille de personnage
Don: Métamorphose
Classe: 2e année
Détails: Métamorphose en panthère noire
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 4 Mar - 20:19


 Niels et Elléa.



Bon, on n'était d'accord pour dire que ça n'était pas grand chose ? Combien de personnes se coupaient régulièrement chez elle ? Ça n'était pas un peu de sang qui allait l'impressionner, il lui suffisait de se désinfecter pour éviter une infection quelconque et en quelques jours, ce ne serait plus qu'une cicatrice en cours de disparition. Et dans quelques temps, elle n'existerait même plus. En fait, c'était ce qu'Elléa se disait tandis qu'elle quittait la pièce par la porte gentiment tenue par Niels. Gentleman dans l'âme ! Bon d'accord, on arrête de se moquer. Elléa lui demanda à s'éloigner et il répondit immédiatement.

- Avec plaisir, c'est qu'on est un peu à l'étroit dans cette réserve. Mais je ne vais pas te laisser pisser le sang comme ça, faut désinfecter. Je ne te laisse pas le choix.

Elle n'opposa aucune résistance et leva les mains en signe de capitulation.

 « Comme vous voudrez Capitaine ! » lâcha-t-elle avec un sourire.

Sa main se reposa sur son bras gauche et elle suivit Niels qui s'éloignait vers la sortie de la bibliothèque. D'ordinaire, elle n'aimait pas s'attarder dans cet endroit et cette fois-ci ne faisait pas exception. Il s'arrêta néanmoins devant le bureau pour reprocher l'était lamentable de la réserve. Un sourire aux lèvres, Elléa adressa un clin d’œil à la vieille bibliothécaire qui venait de réaliser qu'il était aller dans la réserve accompagné d'une élève. Avant de sortir, elle balança également un « au revoir » prononcé sur un ton parfaitement ironique et méprisant. Pourquoi se cacherait-elle des sentiments que lui inspirait la vieille dame ? Une fois éloignés, Niels se retourna vers elle.

- Je l'aime pas trop. Dès que je commande des bouquins, elle fait des histoires. Bon... L'infirmerie, c'est pas top. Ça te gène si on va chez moi pour ta petite blessure ? J'ai tout ce qu'il faut.

Elléa réfléchit un moment. Cette proposition ne la dérangeait pas tellement, d'autant plus qu'elle n'était plus élève. Et pourquoi refuser ? Elle passait un bon moment avec Niels, et rester avec lui n'avait vraiment rien de dérangeant.

 « C'est une bibliothécaire, normal qu'elle soit aigrie non ? Ça doit forcément aller avec le métier. » Commença-t-elle par lui répondre non sans ironie.  « Ça me va très bien, moins je vais à l'infirmerie mieux je me porte. Et puis tu m'offriras quelque chose à boire comme ça. » lâcha-t-elle sans réprimer le sourire amusé qui montait à ses lèvres.

Elle s'éloigna dans le couloir en attendant que Niels lui montre le chemin jusqu'à chez lui. Après tout, elle ignorait totalement où se trouvait le bâtiment des profs et elle était bien curieuse de le découvrir.  
@Eques sur Never-Utopia

_________________
Elléa Isbell Collins.
APPETITE FOR DESTRUCTION.


Revenir en haut Aller en bas

avatar


Son truc préféré : Draguer voyons
Habitudes du personnage : Lire et jouer de la guitare

Feuille de personnage
Don: métamorphose
Classe: professeur de français
Détails: Guépard royal
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 7 Mai - 19:55


Une rencontre inattendue

Elléa & Niels


- Comme vous voudrez capitaine !

Je ne me retournais pas, imaginant très bien le sourire de la jolie blonde. Je m'arrêtais au bureau de la bibliothécaire et lui reprochais de ne jamais laver la réserve. Ce n'était peut être pas son boulot mais j'aimais me la mettre à dos. J'étais plutôt sociable mais il fallait forcément que le courant passe moins bien avec certaines personnes. Je sentais le regard de la vieille femme et plusieurs filles de premières années sur moi. Je lui souhaitais une bonne soirée par politesse mais aussi pour enfoncer le couteau dans la plaie. Puis je passais la porte accompagné d'Elléa qui elle aussi lâcha un "Au revoir" sur le même ton. Je me tournais vers la jeune femme, un petit sourire satisfait sur les lèvres. Je me plaignais d'abord des manières de la bibliothécaire puis lui proposais de venir chez moi pour s'occuper de sa petite blessure. Je ne voyais pas l'intérêt d'aller à l'infirmerie pour ça et Arthur avait surement un emploi du temps bien chargé. Mais aussi et surtout parce que la compagnie de la deuxième année était loin d'être désagréable. De toute façon, je n'avais pas grand chose de prévu à part quelques préparations d'oraux mais même si j'aimais mon métier, ce n'était pas bien passionnant.

- C'est une bibliothécaire, normal qu'elle soit aigrie non ? Ça doit forcément aller avec le métier. Ça me va très bien, moins je vais à l'infirmerie mieux je me porte. Et puis tu m'offriras quelque chose à boire comme ça, dit-elle avec son sourire amusé.

Je riais légèrement, amusé par les répliques de la jeune femme. Elle n'en ratais jamais une. Je secouais la tête avec un grand sourire. Les couloirs du côté de la bibliothèque étaient déserts à mon grand soulagement. Je n'avais aucune honte à marcher aux côtés d'une de mes anciennes élèves mais certaines des jeunes filles prenant des cours de français auraient regardé Elléa d'un mauvais œil. Ça ne me gênait pas la plupart du temps mais certaines situations me faisaient bien rire. Je ne comptais plus le nombre de fois où on me demandait des cours particuliers. C'était drôle mais c'était difficile de leur dire non. Et elles étaient toutes très gentilles. Gentilles mais envahissantes. C'était peut être le côté français qui les faisait craquer. Peu importe, aucune de ces demoiselles se trouvaient être dans les couloirs que je traversais. Je reportais mon attention sur ce qu'elle venait de dire. Elle n'avait pas tord pour les bibliothécaires. J'avais déjà rencontré deux cas dans ma vie, celle qui détestait son job, qui devenait dépressive et détestable et l'autre qui aimait tellement les bouquins et son boulot qu'elle devenait un peu timbrée avec le temps. Jamais je n'avais rencontré une bibliothécaire saine d'esprit. Quoi que moi aussi, je passais tout mon temps le nez dans des bouquins.

- Bonne idée, une bière bien fraîche ou un petit cocktail ne me ferait pas mal... Il doit me rester un fond de jus d'orange pour toi, déclarais-je avec ironie.

J'aimais la taquiner. Je savais qu'elle avait l'âge de boire de l'alcool, bien sur mais elle n'arrêtait pas de me lancer des piques alors je ne me gênerais pas de mon côté pour lui faire des petites remarques. Je n'étais pas sérieux, je ne pouvais faire la moral à personne car à dix huit ans, j'étais un grand fêtard. C'était un de mes plus gros défaut. Avec un emploi stable dans l'établissement et avec la guerre, je m'étais sacrément calmé mais je ne pouvais pas changer ce point là. Après tout, j'étais un animal. Et ma liberté était indispensable. J'avais souvent le besoin de sortir de ces murs et de me transformer en ce que j'étais réellement pour courir le plus vite possible, pour sentir la terre contre ma peau et pour sentir mes muscles se contracter à chaque mouvement. Je n'étais pas un guépard royal pour rien, la vitesse était ma spécialité. Je me concentrais un peu plus quand nous débouchâmes dans les jardins. Les locaux réservés aux professeurs se trouvaient derrière l'infirmerie, bien dissimulés par la végétation pour avoir un peu d'intimité. Les étudiants venaient très rarement par ici. Je m'orientais vers ma caisse, soucieux de son état. Je jetais rapidement un coup d'œil pour voir si la bâche était bien à sa place mais rien à signaler. Oui, je tenais à ma caisse et il y avait de quoi vu son prix... Je priais juste pour que la demoiselle qui m'accompagnait ne remarque rien, elle n'hésiterait pas à me chambrer là dessus. Puis je me dirigeais vers le bâtiment sans rien faire paraître. Je glissais la clef dans la serrure de la porte de mon appartement et l'ouvrit dans un petit clic. Je l'invitais à entrer avec un sourire amical. Je me demandais bien comment elle allait réagir. Avec elle, c'était toujours la surprise. Certes, il n'était pas bien grand mais il faisait bon vivre et je n'étais pas bien difficile. De toute façon, j'étais souvent dehors. Nous débouchâmes tout de suite sur la cuisine ouverte à notre gauche. Le petit couloir nous menait directement au salon. Le comptoir qui séparait les deux pièces me servait de salle à manger, ça me suffisait amplement. C'était bien lumineux grâce à la grande baie vitrée. Le salon était équipé d'un petit canapé, d'une table basse, d'un poêle, d'un bureau couvert de paquets de copies et d'une étagère remplie de bouquins couvrant tout un mur. Pas de télévision mais une vieille radio trônait sur le comptoir non loin d'une photo de ma petite sœur. Plus loin, il y avait la petite chambre et la salle de bain.  Et à notre droite se trouvait une petite pièce où tenait le lave linge, quelques vestes, des altères et d'autres petits trucs. Heureusement, tout était rangé et nettoyé correctement.

- mets toi à l'aise, je t'en prie, dis-je tout en l'orientant vers le canapé. Je vais chercher ce qu'il faut pour soigner ta petite blessure.





© Codage par Bird



_________________

- L'homme n'est en réalité qu'un animal sauvage -

Revenir en haut Aller en bas

avatar


Son truc préféré : Fumer, le nutella, la musique... Beaucoup de choses en fait.
Habitudes du personnage : Toucher ses cheveux et montrer ses crocs

Feuille de personnage
Don: Métamorphose
Classe: 2e année
Détails: Métamorphose en panthère noire
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 8 Mai - 19:35





D'accord, elle ne se voilait pas la face, l'idée de découvrir le bâtiment des profs l'amusait. Et être avec Niels ne la dérangeait pas non plus. Elle avait l'impression qu'ils étaient un peu sur la même longueur d'ondes, ou du moins c'était ce qu'il laissait paraître. Pour le reste, elle ne pouvait pas vraiment savoir et elle s'en fichait. Du temps qu'elle passait un bon moment, rien d'autre ne la préoccupait. Elléa observa un moment le sourire que le professeur avait toujours, et elle nota qu'il semblait observer les alentours. Si seulement il savait qu'elle se fichait éperdument du regard que les autres demoiselles pouvait poser sur elle. Il y avait bien longtemps qu'elle avait renoncé à plaire à tout le monde. C'était son côté animal sauvage qui voulait ça sans doute.

- Bonne idée, une bière bien fraîche ou un petit cocktail ne me ferait pas mal... Il doit me rester un fond de jus d'orange pour toi.

Elle n'en ratait jamais une mais lui non plus. Un sourire s'étira sur ses lèves et son regard demeura moqueur. Ces petites remarques qu'ils échangeaient la faisait rire, et ça l'amusait d'avoir trouvé quelqu'un qui chambrait autant qu'elle le faisait. Et le petit jeu qui était né entre eux lui plaisait énormément.

 « Ne t'en fais pas, tu peux me servir un cocktail ou une bière bien fraîche, je ne finirai pas comme toi à la soirée de la Saint Valentin. » répondit-elle avec un clin d’œil moqueur.

Ne jamais tendre de perche à la demoiselle Collins. Elléa oubliait rarement ce qui se passait lors d'une soirée. Elle conservait donc dans sa mémoire la vision de son ex-professeur hautement alcoolisé. Elléa suivi donc Niels pendant qu'il l'emmenait dans le bâtiment des profs. Ils passèrent non loin de l'infirmerie et finalement, elle vit un lieu assez dissimulé. Elle n'était jamais allée dans ce coin-là du pensionnat, préférant largement les jardins dans lesquels elle se sentait plus à l'aise. Elléa s'apprêtait à voir Mister Bloom rentrer directement, mais au lieu de ça il s'éloigna imperceptiblement vers ce qui semblait être sa voiture. Restant là où elle était, elle attendit simplement qu'il ait fini sa vérification pour parler.

 « Tu veux pas aller vérifier une dernière fois si ta voiture n'a rien ? On sait jamais, tu l'as peut-être rayée en regardant si la bâche était bien en place ! »

C'était plus fort qu'elle. Elléa était obligée de le chambrer là dessus. Après tout, en temps normal, ça l'amusait déjà les hommes qui chouchoutaient leur véhicules, mais alors en temps de guerre... cet amusement n'était qu'accru. Enfin, on s'accrochait à tout et n'importe quoi, sans doute. Il fini par rentrer dans le bâtiment, et toujours derrière lui, elle le suivit, notant chaque détail dans sa mémoire. Ils arrivèrent finalement à l'appartement de Niels et elle observa donc les lieux dans lesquels il vivait. Ça n'était pas spacieux mais plutôt agréable. Elle se laissa guider, en regardant la décoration simple mais qui témoignait quand même qu'il vivait là. L'appartement, étrangement selon Elléa, était propre et ordonné. Elle remarqua la pile de copies sur le bureau qui annonçait beaucoup de boulot. Sur le comptoir, elle nota la présence d'une photo d'une jeune demoiselle, mais elle se garda bien de demander de qui il s'agissait. Si elle n'était pas toujours respectueuse et qu'elle franchissait souvent les limites de l'insolence, elle savait aussi se taire, et l'interroger sur cette photo aurait pu être trop gênant. Avec la guerre, beaucoup trop de personnes avaient perdu des proches, et elle ne voulait pas faire remonter de douloureux souvenirs.

- mets toi à l'aise, je t'en prie. Je vais chercher ce qu'il faut pour soigner ta petite blessure.

Elléa s'assit sur le canapé en attendant qu'il revienne, pressant toujours la légère blessure afin que le sang ne coule pas partout. Enfin, elle resta quelques secondes assises, ne tenant plus en place, elle s'approcha du bureau et regarda les copies, s'amusant de certains commentaires que le professeur faisait. Les copies de français étaient en général pleines de surprises, entre ceux qui ne savaient pas écrire et d'autres qui confondaient les siècles des auteurs. Enfin, certains s'en sortaient parfaitement bien, encore heureux. Lorsqu'il revint, elle regardait encore vaguement les copies, tout en étant plongée dans ses pensées. En faisant irruption dans la pièce, il la ramena à la réalité et elle se dirigea à nouveau vers le canapé, comme si de rien n'était.

 « J'avais oublié que certaines de tes appréciations sont plutôt marrantes. » lâcha-t-elle simplement en regardant Niels.



code par liden

_________________
Elléa Isbell Collins.
APPETITE FOR DESTRUCTION.


Revenir en haut Aller en bas

avatar


Son truc préféré : Draguer voyons
Habitudes du personnage : Lire et jouer de la guitare

Feuille de personnage
Don: métamorphose
Classe: professeur de français
Détails: Guépard royal
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 10 Mai - 11:02


Une rencontre inattendue

Elléa & Niels


- Ne t'en fais pas, tu peux me servir un cocktail ou une bière bien fraîche, je ne finirai pas comme toi à la soirée de la Saint Valentin.

Simple accident. Je repensais à tout ce qu'il s'était passé ce soir là. J'avais passé inaperçu toute la soirée aux yeux de tout le monde excepté Elléa bien sur. Elle avait bien vu que j'étais complètement ivre et ne se gêna pas pour me le rappeler. J'avais mes raisons pour avoir autant d'alcool dans le sang ce soir là. La fête de la Saint Valentin m'avait attiré. Au moins, ça pouvait me distraire. Et c'était exactement ce qu'il me fallait dans ces moments. J'avais même dansé. J'étais plutôt doué mais étant donné le fait que j'étais dans les vapes, je n'avais aucune envie de me bouger. Je l'avais seulement fais pour relever le défi de la belle blonde. Je me souvenais que plus tard, prendre l'air me semblait indispensable. Une fois dehors, je reprenais mes esprits. Avec les basses, les cris des élèves hystériques et l'alcool dans mes veines, je ne tenais pas longtemps dans cette foule. Je m'accordais une petite ballade reposante dans les jardins déserts puis rencontrais une nouvelle fois Elléa qui me chercha et me provoqua. Assez en tout cas pour que je l'embrasse. Elle se laissa faire puis me repoussa. Ce baiser ne voulait bien sur rien dire. Mon point faible était les nanas. Et je ne m'en cachais absolument pas. J'adorais le jeu qui s'installait progressivement entre la jeune femme et moi. Une autre serait tombée dans mes bras instantanément mais pas elle. Et ça me plaisait bien. Pour elle aussi, ce n'était qu'un jeu. Mais un jeu passionnant. Je revenais à la réalité et passais la main dans mes cheveux non pas par gêne mais par amusement. J'étais certain qu'elle avait hâte de découvrir là où je vivais. Qui ne voudrait pas savoir où logent les professeurs ? J'en connaissais plein qui seraient prêts à faire n'importe quoi pour connaître l'emplacement de notre bâtiment, filles comme garçons. Je passais non loin de ma voiture et la regardais attentivement. Je me souvenais qu'elle était le coup de cœur de ma petite sœur lorsque nous l'avions dégotée. Nous l'avions remise en état tous les deux. Une vraie mécano cette petite. Dire qu'elle était encore en France. Elle était bien loin de Paris, dans le sud de la France, paumée en pleine campagne. Mais j'étais inquiet pour elle. Je chassais Jeanne de mes pensées en un petit soupir et revenais vers Elléa.

- Tu veux pas aller vérifier une dernière fois si ta voiture n'a rien ? On sait jamais, tu l'as peut-être rayée en regardant si la bâche était bien en place !

- Peut être que je chouchoute ma caisse mais va falloir me dire pourquoi vous touchez tout le temps vos cheveux en particulier dans mon cours, vous, les filles, m'exclamais-je toujours sur le ton de la rigolade. Tout le monde a des habitudes idiotes. Et ne me dis pas que tu ne le fais pas, ça m'arrivait de compter l'année dernière, dis-je avec un air malicieux.

Je ne me laissais pas faire. J'étais peut être complètement idiot à m'occuper de ma bagnole mais Elléa avait elle aussi des petites habitudes. Je la voyais souvent toucher sa chevelure lors de mon cours l'année d'avant. Certes, elle n'était pas la seule mais elle était la plus fascinante. Je la fis entrer dans le bâtiment puis nous marchions le long du couloir désert qui nous menait à mon appartement. Je la fis entrer et attendais une réaction de sa part. Bizarrement, elle garda le silence tout en regardant autour d'elle. Je lui proposais donc de s'assoir sur le canapé en attendant que j'aille chercher le nécessaire pour sa coupure. J'allais dans mon débarras et enjambais quelques objets. C'était le seul endroit un peu en bordel mais c'était toujours propre. J'aimais que tout soit ordonné et propre. Le bordel ne me gênait pas chez les autres mais tout devait être nickel chez moi. Ranger et nettoyer ne me posait aucun problème. Je trouvais la trousse de secours au bout de quelques recherches. Je ne l'utilisais que très peu et je la gardais précieusement, conscient que certains produits devenaient rares. Puis je débouchais dans la cuisine sans faire attention à la jeune femme et me lavais les mains avant de me diriger vers le canapé où elle se tenait. Je sortais déjà le désinfectant et le coton mais Elléa attira mon attention.

- J'avais oublié que certaines de tes appréciations sont plutôt marrantes.

- Et j'avais oublié que tu es bien curieuse, dis-je un petit sourire sur les lèvres. J'essaye de faire ressortir du positif dans toutes les copies ce qui n'est pas forcément évident vu les brèles que j'ai en cours. Je dois parfois être créatif... Bouge pas, ton sang coule le long de ton bras, dis-je bien plus concentré.

Je vérifiais qu'il n'y avait pas de morceau de verre encore planté dans sa peau puis passais le coton imbibé de désinfectant sur la peau de mon ancienne élève. Je pressais doucement le coton glacé sur le filet de sang qui avait dégouliné et remontais lentement le long de son bras pour l'appliquer sur sa coupure. Mon regard quitta son bras pour ses yeux.

- Je ne te fais pas mal, demandais-je sur un ton calme et sincère.





© Codage par Bird



_________________

- L'homme n'est en réalité qu'un animal sauvage -

Revenir en haut Aller en bas

avatar


Son truc préféré : Fumer, le nutella, la musique... Beaucoup de choses en fait.
Habitudes du personnage : Toucher ses cheveux et montrer ses crocs

Feuille de personnage
Don: Métamorphose
Classe: 2e année
Détails: Métamorphose en panthère noire
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 10 Mai - 22:44





Niels n'était pas le seul à repenser à cette soirée là. Elle n'était pas saoul pourtant, peut-être un peu échauffée par l'alcool mais comparée à lui, Elléa était franchement clean. Enfin, elle l'avait bien cherché ce baiser, et ça l'avait même occupée toute la soirée. Oh bien sûr, elle l'avait eu, mais alors que ce cher professeur de français aurait bien continué, elle l'avait par la suite repoussé. Illogique la demoiselle ? Peut-être, ou alors simplement chiante ou joueuse. Non vraiment, où était le plaisir si elle tombait directement dans ses bras ? C'était bien plus amusant de faire ça ainsi, et il semblait partager son avis, alors elle ne s'était pas gênée pour l'arrêter. En parlant d'être sans gêne, alors qu'il jetait un très léger coup d’œil à sa voiture, elle en profita pour le charrier là-dessus. Et elle comptait bien sur lui pour rebondir en lui envoyant à son tour un pic, ce qui ne tarda.

- Peut être que je chouchoute ma caisse mais va falloir me dire pourquoi vous touchez tout le temps vos cheveux en particulier dans mon cours, vous, les filles. Tout le monde a des habitudes idiotes. Et ne me dis pas que tu ne le fais pas, ça m'arrivait de compter l'année dernière.

Elle haussa l'un de ses sourcil en conservant son sourire. Tiens dont, ça lui arrivait de compter ?

 « Je t'expliquerai un jour pour les cheveux. » répondit-elle. Elle laissa quelques secondes passer et alors qu'ils reprenaient en direction du bâtiment, elle ajouta, d'un ton moqueur et malicieux : « Ceci dit, je ne savais pas que tu me regardais autant l'an dernier. »

Eh oui, elle ne laissait rien lui échapper. Enfin d'accord, ses apparitions en cours de français étaient assez irrégulières puisqu'elle avait pas mal sécher, mais de là à la fixer quand elle venait au point de compter le nombre de fois où elle passait la main dans ses cheveux ça faisait un peu... stalker. Bien sûr, elle savait que ça n'était pas le cas, mais c'était juste marrant qu'il dise ça. Ils continuèrent leur chemin jusqu'à l'appartement de Niels qui l'abandonna le temps d'aller chercher de quoi la soigner. Profitant de son absence, elle lu quelques copies étalées sur son bureau. À son retour, elle s'assit à nouveau dans le canapé.

- Et j'avais oublié que tu es bien curieuse. J'essaye de faire ressortir du positif dans toutes les copies ce qui n'est pas forcément évident vu les brèles que j'ai en cours. Je dois parfois être créatif... Bouge pas, ton sang coule le long de ton bras.

Aaaah si seulement ses élèves entendaient la manière dont leur cher professeur parlait d'eux. Ça se voyait qu'il avait confiance en leur potentiel. Elléa ne répliqua rien, laissant Niels désinfecter sa plaie. Au contact du coton, elle eut un frémissement imperceptible. Bien entendu, le désinfectant picotait mais rien de bien alarmant.Elle regarda d'un air dégoûté son bras encore bourré de traces de piqûres. Dégoûté de la personne qu'elle était. Enfin, quand Niels releva le regard sur elle, cet air avait déjà laissé place à un sourire en coin.

- Je ne te fais pas mal ?

 « Non, ça picote juste un peu. »

Elle attendit qu'il eut terminé, ce qui ne tarda pas. Elle regarda ses mains tachées par son sang avant de relever le regard vers Niels.

 « Merci. » Elle se releva et se tourna vers Mister Bloom.  « Tu pourrais m'indiquer la direction d'un quelconque évier ou lavabo ? Histoire que mes mains ne ressemblent pas à celles de quelqu'un qui vient de commettre un meurtre. »

Elléa attendit qu'il lui indique le chemin et parti nettoyer tout ce sang, ignorant s'il la suivait ou non. Bientôt, quand elle irait en Pologne, ça ne serait pas uniquement son sang sur ses mains. Enfin, autant ne pas y penser et profiter du bon moment qu'elle passait. Sur ce, elle s'apprêta à revenir vers Niels : ben ouais, c'était pas tout mais il lui avait promis à boire !



code par liden

_________________
Elléa Isbell Collins.
APPETITE FOR DESTRUCTION.


Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas

Une rencontre inattendue [with Elléa I. Collins]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Retrouvaille inattendue [pv Zarathos]
» (M) MISHA COLLINS ♦ DANIEL CARVER | LIBRE
» (2F/1M) KEIRA KNIGHTLEY, LILY COLLINS, JOHNNY DEPP
» Une visite inattendue (PV Roro et Lala)
» LES PENSEES DU COUVENT / CHARLES ALLSTON COLLINS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Näyak Therapy  ::  :: • Aile gauche :: Bibliothèque-